L’avenir des zones de basses émissions

28-05-2019

Début 2017, la première zone de basses émissions (LEZ) en Belgique a été introduite à Anvers. Un an plus tard, c’était au tour de Bruxelles-Capitale. Depuis, de nombreuses autres villes belges ont également prévu d’instaurer des LEZ, ce qui signifie que l’impact des zones à basses émissions va encore être plus étendu. Qu’est-ce qui motive l’introduction de ces zones ? Et quels sont les avantages d’une zone de basses émissions ? Découvrez-le dans ce blog.

L’introduction des LEZ

En 2013, l’Organisation mondiale de la santé a identifié la pollution atmosphérique comme cancérigène. Le trafic contribue à créer jusqu’à 50 % des particules fines locales et plus de 50 % d’oxydes d’azote. Le gouvernement a donc tiré la sonnette d’alarme et a décidé de prendre des mesures en introduisant des zones délimitées dans lesquelles seuls les véhicules les moins polluants sont autorisés à entrer : il s’agit des zones de basses émissions. À terme, ces zones permettront de réduire les problèmes de santé tels que les maladies respiratoires, les maladies cardiovasculaires, la sensibilité accrue et les infections.

Le transport durable grâce aux LEZ

L’introduction de zones de basses émissions n’a pas seulement un impact positif sur la santé des habitants. Elle est également bénéfique pour l’environnement. La zone d’émission fait réfléchir à l’impact sur l’environnement et encourage le passage vers des alternatives de transport durable. Bien sûr, nous n’avons pas tous besoin de nous déplacer en vélo ou avec les transports publics. Il existe également d’autres façons de se déplacer de manière plus durable.

« En tant que déménageurs, nous nous rendons souvent dans le centre-ville et un véhicule respectueux de l’environnement est alors important. Notre camion Scania CNG émet moins de CO2 et ne rejette pratiquement pas de particules fines. De plus, il est bien plus silencieux que les autres camions. » – Kurt Van Synghel de l’entreprise Vervaet Verhuis à Aalter.

Passez à une alternative durable

Le passage au gaz naturel (CNG) ou au LNG est une bonne alternative et vous garantit l’accès aux zones à basses émissions pour de nombreuses années. De plus, conduire une voiture avec un carburant durable présente de nombreux avantages :

  • Aussi bien le CNG que le LNG permettent de réduire de 20 % les émissions de CO2.
  • Ils rejettent jusqu’à 95 % de moins d’oxydes d’azote que les combustibles fossiles conventionnels.

Pour une alternative 100 % durable, optez pour un véhicule électrique alimenté à l’électricité verte.

En plus des avantages écologiques, ces véhicules au gaz naturel produisent jusqu’à 50 % de bruit en moins, ce qui les rend plus agréables non seulement pour le conducteur, mais aussi pour votre environnement. De plus, des avantages financiers y sont associés : à la pompe, vous payez jusqu’à 35 % de moins que le diesel et jusqu’à 75 % de moins que l’essence. De plus, les particuliers bénéficient d’une prime à l’achat d’un véhicule au gaz naturel.

Avec quatre bus scolaires alimentés au CNG pour la ville de Gand, Scania a signé pour la plus grande fourniture d’autobus au gaz naturel en Belgique à ce jour. Les bus presque neutres en CO parcourent jusqu’à 600 km avec un réservoir plein et peuvent également pénétrer sans encombre dans les zones environnementales urbaines. Le gaz naturel est parfaitement adapté aux transports urbains. De plus, un moteur CNG est beaucoup plus silencieux qu’un moteur diesel, ce qui est apprécié dans les centres-villes. – Source

Poursuite de l’extension des zones de basses émissions

Les zones à faibles émissions sont toujours en expansion. Actuellement, Gand (2020), Malines (2021) et Willebroek (2021) sont encore en phase de planification. Dans la ville de Gand, la LEZ s’applique à l’intérieur du ring 40, la zone ne s’appliquant pas au ring lui-même. Les règles concernant les LEZ à Malines et Willebroek sont encore en cours d’élaboration, mais elles seront comparables aux zones à faibles émissions des autres villes. La Wallonie s’apprête également à introduire des zones à basses émissions. Elle opte pour une mise en œuvre progressive des LEZ à partir de 2023 avec l’interdiction des voitures diesel les plus anciennes qui ne répondent à aucune norme européenne.

De nombreuses zones de basses émissions ont déjà été créées dans le reste de l’Europe. Par exemple, des LEZ ont été mises en œuvre dans diverses régions d’Allemagne, d’Autriche, du Danemark, de Suède, d’Italie et du Royaume-Uni depuis 2010. Depuis avril, Londres a également rejoint le mouvement. Les Pays-Bas travaillent sur des zones environnementales, dont les premières ont été introduites en juillet 2007. À l’origine, ces zones ont été conçues pour maintenir éloigné le trafic des poids lourds polluants. Aujourd’hui, ces zones environnementales sont de plus en plus étendues au trafic de passagers polluants.

Plus de détails ?

https://www.walloniebassesemissions.be/fr/en-pratique/#zones-basses-emissions
https://www.lavenir.net/cnt/dmf20190116_01282560/les-zones-basses-emissions-vont-debarquer-en-wallonie

Vous souhaitez rendre votre flotte plus verte ?

Le réseau belge, avec plus de 100 stations-service CNG, est en cours d’extension, de même que le nombre de stations LNG et de stations de charge pour véhicules électriques. C’est le moment idéal pour passer à un carburant vert. Vous trouverez ici un aperçu des stations-service CNG et LNG existantes.

Contactez-nous pour une étude de faisabilité gratuite et adaptée à votre flotte.